Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"LA PINTADATITTUDE" - DEMARCHE

Publié le par Isabelle balestrieri

 

Né à Bouaké en Côte d’Ivoire, installé en France depuis 1982, Ernest Dükü est diplômé en Art Plastique et en Architecture.

Avec ses « Peintures sculptées », il a amorcé une recherche esthétique contemporaine.

Les tableaux n’ont plus de cadre, ils explorent l’espace.

A travers son travail, Ernest Dükü exprime toute la richesse d’un art des confluences.

Sa réflexion s’est inscrite en partie dans l’œuvre de Cheik Anta Diop, il puise dans l’Egypte antique pour interroger l’Afrique et le monde.

Ce qu’il appelle avec une pointe d’humour  « les non-dits qui encombrent nos mémoires. » autour d’un  concept qu’il défini comme étant l’expression  «  de la parole du fleuve, à la parole du fils ».

De cette forme d’expression résultat d’un regard croisé, l’appel de l’Afrique, l’ouverture au monde se fait de plus en plus, les signes des premiers travaux dont l’évocation était plus de l’ordre de la recherche plastique, de « l’esthétisme » interviennent  comme des codes, des messages à déchiffrer, le lieu des correspondances, des convergences… ( ces fameux non-dits ) L’œuvre ainsi que la démarche plastique et artistique suscitent des interrogations. Nous sommes en face de signes qui ouvrent des voies nouvelles.

Son propos s’articule autour de l’émergence des questions de l’écriture, de l’histoire, et de la spiritualité.

Pour sa nouvelle exposition à la galerie Princesse Yennega il nous propose la  « Pintadattitude » 

Alors qu’est ce que la pintadattitude ?

«  Originaire d’Afrique, cet « oiseau nègre » a marqué les esprits. Il figure dans l’écriture sacrée des tombes Egyptiennes, Sophocle en parle dans une de ses tragédies, Ovide le cite dans ses Métamorphoses, la Légende dorée chrétienne en fait « l’oiseau du paradis », les peintures du Quattrocento (dont Carpaccio) le représentent dans maintes tableaux, les Bysantins le vénèrent… » ( Nancy Dolhem cite par Jean marie Lamblard dans l'ouvrage "l’oiseau nègre" .l’aventure des pintades dionysiaques )

La pintade est un animal difficile à domestiquer, symbole de liberté.

Difficile à attraper, elle est considérée comme un objet précieux que l’on offre en sacrifice sur l’autel des ancêtres.

Un marque de respect pour l’esprits des défunts.

A la question du choix de ce thème  de la Pintadattitude Ernest Dükü nous dit :

«  .. Parce qu’elle est considérée comme le messager de l’autre rive, un authentique symbole de l’éternité et de l’invisible.. Il faut aussi dire que cette pintade à la robe tachetée noire et blanche représentant  les deux extrémités du spectre de couleur,  englobe toutes les autres couleurs, et symbolise à sa manière Le TUT MUUN, le tout monde (en créole).

Elle est d’origine Abysinne ( ancienne Ethiopie ), c’est à dire de la vallée de l’Omo et qu’avec elle, j’ai simplement envie de raconter cette histoire de non-dits :

  - Non- dits de l’histoire

- Non-dits autour de la spiritualité Africaine et de ces divers syncrétismes.

Souvenez vous aussi, qu’elle a été associé à l’esclavage , « la pintade de Toussaint louverture »… mais « Silence, Silence, Silence 400 ans… »

Retenons simplement qu’elle accompagne au delà de l’Atlantique la conscience des enfants du  Voodoo. …

 La pintade me permet ainsi  de raconter l’humain en devenir. »

La Pintadattitude pour interroger, comme une offrande aux ancêtres, un véritable respect pour ses origines, et par delà les origines, de l’histoire de la spiritualité et de tous les syncrétismes que cela génère.

                                                                                                                                     Laya Bales

 

 

Commenter cet article

DAWTA JENA 21/11/2008 10:40

La liberté n'a pas de limites, ni de temps, ni d'espace. Ce travail, ces tableaux sont fabuleux. à très vite. Dawta Jena

AFANE Ruth 28/05/2007 18:24



















Chez les Beti du Cameroun, il existe un oiseau (le touraco) qui est à l'origine d'une danse funèbre appelée l'ESANI .
Je vous en parlerais d'avantage dans nos prochaines correspondances.